PARCOURS ARTISTIQUE

 

Je reçois ma première boîte de peinture à l’huile pour le Noël de mes dix ou onze ans et je m’essaie pour la première fois dans la réalisation d’une marine sur carton toilé. Je me souviens avoir eu beaucoup de plaisir et la technique me plait. Je sais que plus tard je peindrai.

Assez douée en dessin, (au collège je réalise pour les copains les dessins de sciences naturelles, ce qui ne plait pas à ma prof qui reconnait mon coup de crayon), et c’est donc naturellement que je m’oriente sur un BAC Arts Plastiques au lycée Ampère Bourse à Lyon d’où je suis originaire.

Puis je fais une formation à l’école du Petit Collège à Lyon 5° en dessin textile tout en travaillant chez différents patrons dans le quartier des Terreaux. La crise du textile des années 70 s’impose et je perds mon poste.

Sur ce, je m’installe dans le Bugey en 1979 et entame une formation en tissage chez des artisans puis à la chambre de commerce et d’industrie de Lille-Roubaix-Tourcoing. Je crée alors mon atelier/boutique en 1984 jusqu’en 1987 à Hauteville - Lompnès dans le département de l’Ain.

Je réalise mes créations tissées pour la décoration d’intérieur sur mesure et j’intègre le dessin dans mes tissages. Je crée ainsi des paravents, des voilages ou des luminaires dentelles.

C’est en 1989 que je décide de me remettre à la peinture pour la première fois depuis mon enfance et je décide de pratiquer la technique du couteau. Cette technique me parait la plus appropriée pour ne pas faire de la peinture « classique » et pendant quinze ans je vais réaliser une multitude de paysages.

En 1992 je fais donc ma toute première exposition personnelle au Centre Social et Culturelle de Hauteville - Lompnès intitulée «  Genèse ». Depuis je n’ai jamais cessé de participer à de nombreux salons de peinture en région Rhône-Alpes et organiser de nombreuses expositions personnelles.

En 2002/2003 je réalise sur de grands formats bois des tableaux sur le thème des manèges de Paris aux couteaux et j’enchaine sur une grande fresque murale d’intérieur sur les trois murs de mon entrée.

 C’est à cette période que je prends connaissance, par une lettre que m’envoie un parent éloigné, de la vie de mon grand-père qui avait été artiste peintre avant ma naissance. Je découvre alors que de façon inconsciente je reproduisais sa peinture par ma technique du couteau puisque lui aussi la pratiquait et lui aussi faisait de grandes fresques dans les grands cafés.

C’est ainsi que j’ai pu m’affranchir de mon grand-père et que j’ai pu m’orienter vers ma propre peinture, beaucoup plus subtile et féminine.

Donc en 2004 je reprends les pinceaux, fins, pour traiter un thème qui me tient à cœur : l’orchidée. L’outil bannit pendant quinze ans devient essentiel à
la réalisation de ces fleurs délicates et mystérieuses. Je décline l’orchidée sous toutes ses formes et sur tous formats, en tableaux ou en paravents en traitant le réalisme jusqu’à l’abstraction.

C’est à partir de ce moment-là que ma démarche artistique évolue et que je m’oriente vers trois recherches différentes tout en restant sur la même technique de peinture. Tout d’abord, l’orchidée qui m’inspire est un symbole de féminité et de sexualité qui me fait naturellement penser à la femme et la féminité, donc c’est spontanément que je me mets à réaliser des personnages drapés. Pourquoi des personnages drapés ? Peut-être qu’il y a un lien avec le tissu, qui devient vite parure féminine, (voir les défilés de mode) et j’ai travaillé dans la réalisation de dessins pour cette mode. Le lien me paraît évident donc.

Ensuite, le traitement diversifié de mes orchidées, qui toutes sont très réalistes, m’a amené à l’abstraction, tout cela parce que j’utilise un détail réaliste de la fleur que je sors de son contexte et que j’agrandis jusqu’à ce qu’il devienne abstrait, et cette démarche me plait beaucoup.

Je l’ai donc appliquée à d’autres thèmes tels que les reflets sur les instruments de musique, les reflets dans l’eau et maintenant le mouvement. Je dirai que ma troisième orientation est sur le thème des mains et des instruments de musique, de façon liée, musique qui m’a bercée toute ma vie et dont je ne peux me passer, et qui dit musique : dit danse, qui dit : danse dit mouvement et la boucle est bouclée.

Toutes mes recherches se rejoignent et ont une raison d’être dans la réalisation de mes toiles et très certainement d’autres orientations se feront au cours du temps qui passe.

Mon atelier est ouvert au public au cours d’expositions annoncées, mais vous pouvez aussi le visiter sur rendez-vous en me téléphonant.

Je vous dis donc : à bientôt !